Le Chaberton (en traversée)

Au-dessus de Montgenèvre, le Chaberton malgré ses 3131 m de dénivelé est un sommet qui est très fréquenté en saison par son versant côté français. L’ascension par son versant côté italien, bien que maintenant toute cette montagne soit en France, est beaucoup moins fréquentée et pour cause l’ascension y est beaucoup plus technique. Mais cela permet de faire une boucle en redescendant par la voie normale et de découvrir les deux versant de cette drôle de montagne qui possède à son sommet une batterie de huit tours de maçonnerie qui pouvait recevoir huit canons braqués sur Briançon. Au-delà du panorama exceptionnel sur les environs, c’est la découverte d’un site historique impressionnant de la deuxième guerre mondiale, bien en ruine de nos jours.
Ref : Carte IGN  3536 OT Briançon.
Dénivelée totale : environ  1350 m (entre 1845 et 3131 m).
Distance : environ 10 km  –  Temps total : 6 à 7 h.
Difficulté : **** L’itinéraire passe par l’ancienne Batterie du Chamois et remonte par un bon sentier jusque sur l’épaule au pied de l’arrête rocheuse Sud-Est du Chaberton.
Ensuite : soit en étant équipé (baudrier et longes) on part pour la via ferrata qui suit cette crête rocheuse jusqu’au sommet (voir photo ←).
               Soit on traverse vers l’Ouest l’éboulis au pied des rochers (repérer un peu en contrebas de la crête, la sente qui vous facilitera grandement la marche) pour venir à la base du grand couloir qui remonte dans la face Sud-Est (voir photo →). Remonter le début de ce couloir pour venir buter sur les rocher et suivre alors vers la gauche l’itinéraire balisé par des ronds et flèches rouges. On met un peu les mains, mais les passages d’escalade sont toujours faciles. Quelques spits permettent éventuellement un assurage pour des personnes sensibles. La progression demande des précautions et de l’attention car il ne faudra pas tomber. Le casque est vivement conseillé.

Départ au-dessus du Village du Soleil au niveau du départ du télésiège du Mont Quitaine (1845 m).
Prendre le sentier qui part vers le Nord au départ du télésiège et vous permettra de venir traverser le Rio Secco pour récupérer un bon sentier de l’autre coté qui va monter à l’ancienne Batterie du Chamois (voir photo ←). Suivre ensuite au-dessus le bon sentier qui vous permettra de remonter la combe sous la Crête de la Portiala jusqu’à une épaule (à env 2700 m) sous l’arrête sud-Est du Chaberton.
Prendre alors, un peu en contrebas de la crête, une sente qui traverse vers l’Ouest dans les éboulis et vous permettra de rejoindre le grand couloir qui parcourt la face Sud-Est du Chaberton. Remonter au début ce couloir jusqu’à venir buter sur les rochers et repérer alors, vers la gauche, le balisage de points et de flèches rouges qui vous guideront à travers les rochers jusqu’au sommet (voir photo →). Cette voie est aussi connue sous le nom de la voie du télégraphe et vous comprendrez pourquoi quand vous y serez. (On y trouve les restes des poteaux du télégraphe qui reliait le fort du Chaberton).
Au sommet n’hésitez pas à visiter la batterie en vous méfiant de la solidité des ruines, appelé par les italiens le « Cuirassé des nuages » armé de huit canons italiens de 149/35 et reconnu comme la plus haute et la plus puissante du monde.
En 1940, la garnison pouvait compter jusqu’à 340 hommes, mais malgré cela le tir en lob ingénieux des mortiers français détruisirent les tourelles, et après la guerre le Chaberton deviendra français.
Pour la descente emprunter le sentier balisé qui redescend dans la pente Nord-Ouest jusqu’au Col de Chaberton (2690 m) (voir photo ←)
et vous ramènera ensuite par le sentier du Col du Chaberton et le chemin des Baisses à votre point de départ.

(Randonnée faite avec le CAF d’Embrun).

Étiquettes : ,
Pacou

Pacou

Laissez un commentaire