Piolit-19-15

Le Piolit par la Crête Sud-Ouest et le belvédère de Serre l’Eyglier

Ref : Carte IGN 3438 ET EMBRUN et 3437 OT CHAMPSAUR Carte Piolit
Dénivelée totale : environ 1000 m (entre 1556. et 2464 m).
Difficulté : ** Belle Randonnée variée qui peut se faire tard dans la saison ou au printemps. Une manière originale de traverser d’Ouest en Est le Piolit. .

Laisser la voiture dans le virage de la route forestière qui monte après Naune Raze, au dessus de Chorges, au niveau des maisons des Drayes (1556 m). Prendre le chemin qui part à droite et traverse le replat des Combes. Suivre le GR 50 de pays du Tour du Lac de Serre-Ponçon jusqu’au belvédère de Serre l’Eyglier (1593 m). Au dessus du Belvédère monter sur la croupe plein Nord par un sentier assez raide au début jusqu’à arriver à un replat vers 1690 m. Traverser alors franchement à droite pour retrouver un sentier montant droit dans la pente et au prochain replat (1750 m) suivre le sentier à droite qui continu à monter vers le Nord-Est pour arriver à un petit collet. (1832 m). Continuer sur le sentier qui monte et plus haut prendre à droite le petit sentier qui nous permettra de rejoindre la crête Sud-est du Piolit au dessus du point coté 1948 m. Suivre alors le sentier de la crête jusqu’au sommet du Piolit (2464 m).
Pour la descente emprunter la crête Est qui descend vers le Col de Chorges (2249 m). Suivre ensuite le bon sentier (balisé en jaune) qui descend sous le col et va traverser vers l’Ouest dans les pentes raides pour rejoindre les alpages et le bord de l’impressionnant ravin du Torrent de Devezet. Le sentier descend alors vers l’Est pour contourner la butte (1916 m) à Clot Rond et retrouver ensuite le GR50 en dessous de Combe Belle. Il est possible après un replat et avant que le chemin ne s’oriente vers l’Ouest de couper en tournant à gauche (Sud) dans les bois vers 1750 m pour suivre un sentier un peu raide qui va rejoindre directement le replat des Combes que l’on a emprunter au départ de la randonnée.

Pacou

Pacou

4 commentaires

  • Theissot
    5 août 2016 à 15 h 04 min

    Bonjour Pacou,
    Mille bravos pour vos clichés ! Etant moi aussi adepte inconditionnel de la photographie en montagne, je me pose une question. Quel procédé mettez-vous en oeuvre pour obtenir de tels panoramas. J’utilise perso un objectif de longueur 10-20 mm sur un reflex APS-C. Je ne crois pas pouvoir obtenir des résultats similaires. Par ailleurs, je tiens à dire que votre rubrique randonnée Embrunnais est pour moi une mine de précieuses suggestions pour ma prochaine sortie en octobre. Je compte suivre un itinéraire depuis Serre-Eyrauds vers le Col de Combeau (avec ascension de la Petite Autane), et me diriger vers les aiguilles de Chabrières. Le coin en automne doit être splendide, vous m’approuvez certainement. Pour m’y rendre, j’hésite entre le Col de la Coupa ou bien le Col de Chorges (pour sa vue dégagée vers les sommets du coté du Parpaillon). Le GR 50 pour ensuite remonter vers Freissinière et la Vallouise est-il sympa? L’avez-vous déjà emprunté? Je connais déjà l’itinéraire direct par Prapic et le Col des Terres Blanches. Je me méfie aussi d’un subit revirement de météo à cette époque de l’année.
    Voilà. Merci encore pour votre site que je vais à de nombreuses reprises consulter.
    Bonnes escapades à vous dans ces formidables montagnes.
    Un marcheur de la Haute-Loire, au pays des sucs.

    • Pacou
      Pacou
      5 août 2016 à 16 h 31 min

      Je ne sais pas quel va être votre hébergement pour l’organisation de vos étapes sur votre randonnée, mais il n’y a pas de problème pour le col Combeau et ensuite le col de Chorges ou de la Coupa (bons sentiers). Je ne trouve pas le GR50 très intéressant et un peu paummatoire (pas si bien balisé que cela) , si vous êtes plutôt montagnard il vaut, peut être, mieux passer plus directement, que de faire tout le tour en longeant la vallée de la Durance. Effectivement en octobre vous pouvez avoir des conditions météo très bonnes ou du froid et de la neige. Mais en règle générale on peut encore bien randonner, même à assez haute altitude à cette période. Pour les photos de paysage je travaille en Raw essentiellement avec un objectif de 24mm et les panoramiques sont réalisés par assemblage de plusieurs photos.

      • Theissot
        6 août 2016 à 8 h 11 min

        Bonjour,
        Merci pour votre attention à mes recherches pour une randonnée dans ce coin du 05. Je considère que, en cette période de l’année, les hébergements sont loin d’être tous ouverts. Aussi, je m’astreints à partir en autonomie et je n’exclue pas des bivouacs avec une tente légère type MSR de 1-1,5 Kg. Bien évidemment, ce type de plans nécessite un portage conséquent (je n’ai pas besoin d’énumérer la liste à emporter – vous connaissez l’épineux problème du poids sur une randonnée de plusieurs jours). Hier au soir, après un tour d’horizon (fameux tour, je dois dire !!!) de vos sorties, j’en arrive à dégager une hypothèse pour rallier Freissinières. Je souhaiterais vous la soumettre à votre expertise (n’ayant pas vos connaissances pointues sur le secteur).

        Je disais donc, lors de ma première intervention, que venant probablement par le Col de Chorges, je me dirigerai ensuite vers les Aiguilles de Chabrières. J’imagine alors une traversée qui me conduirait à passer par le Col de Reyssas, pour ensuite viser le Col des Tourettes et celui des Terres Blanches. De là, ne resterait plus qu’à descendre sur Dormillouse (par la grande cabane de Faravel). Quelques questions en vrac me viennent autour de ce projet :
        1) Savez-vous si la cabane de Reyssas peut servir d’abri, hors période d’occupation par le berger? Je sais, pour l’avoir expérimenté, que la cabane de la Barre, au dessus du saut du Laire, dispose dans les combles d’un couchage tout ce qu’il y a de sommaire (mais c’est toujours mieux en cas de mauvais temps).
        2) Dans votre topo sur le Pic de Pied Brun / Lac Brun, vous mentionnez une variante par Clot Bouffier. Esthétiquement, est-ce une ambiance plus belle? Je pense naturellement photo.
        3) Enfin, un problème me taraude l’esprit. Une fois au Col de Reyssas, dois-je m’essayer à joindre le Lac de la Dent et de parcourir la crête de la Dent? Sur une de vos photos, je suis perplexe quant à devoir affronter la pente pour sortir sur le faîte de la crête. J’entrevois une pente bien soutenue sur des pierriers instables (sans oublier que je suis handicapé par un sac à dos qui ne contient pas seulement le pique-nique de la journée. Si seulement !!!). Il me vient alors une autre idée, à bien examiner la carte IGN. N’aurais-je pas plus intérêt à rejoindre l’itinéraire qui grimpe sur le Mourre Froid (par le versant Sud), en suivant peu ou prou le profil du tracé en ski rando depuis la cabane du Tissap (en coupant par le vallon supérieur du Tissap directement depuis le Col de Reyssas). Resterait à prendre en enfilade toute les crêtes pour aller aboutir au Col des Tourettes. Je ne suis pas un ‟voltigeur” hors-pair, dans les parcours aériens. Aussi, pouvez-vous me confirmer que les crêtes ne présentent pas de passages techniques (du type contournement d’un ressaut) ou de portions instables à négocier avec prudence. J’ai conscience que cette alternative est plus longue mais si, au final, j’ai moins d’efforts à fournir, alors tant mieux. Du Col de Reyssas, j’entrevois que pour aller chercher le sentier qui passe non loin de la cabane de la Dent, il y’a pas mal à redescendre.

        Je vous submerge avec toutes mes questions. Encore une fois, toute ma reconnaissance pour votre attention. Recevez toute ma sympathie. Si je parviens à monter mon projet et le voir s’accomplir, vous aurez été d’une belle contribution. Je pourrai vous rendre des échos à ce moment.

        Daniel Theissot. De la Haute-Loire aux Hautes-Alpes, il n’y a que quelques marches qui nous séparent (dans tous les sens du terme).

        • Pacou
          Pacou
          31 août 2016 à 9 h 30 min

          Je vous ai fait une réponse par mail

Laissez un commentaire